La pratique de Denis Macrez prend sa source dans les formes de la nature et leurs représentations à travers l’histoire de l’art. En réinterrogeant certains objets naturels comme la coquille Saint-Jacques ou l’os de seiche, il déploie des techniques expérimentales ou artisanales pour questionner nos façons de percevoir et de concevoir ces formes. En mettant l’accent sur certaines notions telles que la courbe, l’aspérité ou la stratification, il laisse émerger des figures épurées qui oscillent entre réel et imaginaire. Les sculptures de Denis Macrez sont des vestiges, des fragments de mondes échoués, qui apparaissent au seuil de notre conscience et nous invitent à la contemplation d’un monde en dérive.